Skip to content

Étiquette : collaboratif

Bureautique : allons nous vers le tout Web ?

Posted in tendances

IBM vient de faire une annonce intéressante sur sa stratégie de poste de travail, et j’ai eu l’occasion d’échanger récemment avec des personnes de Microsoft sur le sujet. C’est l’occasion de proposer un petit état des forces en présence dans la collaboration.

Microsoft

Google

IBM

Apple

Système exploitation PC

Windows 7

ChromeOS

Ubuntu

MacOS

solution bureautique C/S

Office

Symphony

iWorks

solution collaboration interne

Exchange/SharePoint

Lotus Domino

solution collaboration SaaS

BPOS

Office Web App

Google Apps

Lotus Live

iWork.com

Me.com

Système exploitation mobile

Windows Mobile

Android

iPhone

solution collaboration mobile

Pocket Office

iNotes sur iPhone

Accès mobile solution collaboration SaaS

Office Web App

Google Apps

Google

Avec Google Apps, Google a fait le choix d’un outillage collaboratif SaaS complet full Web. Ce choix permet une grande accessibilité des applications depuis le bureau, le domicile, un Web Café, un téléphone, etc.

L’interface de Google Apps est minimaliste et simple à prendre en main. Tous les documents sont édités et stockés sur la plate-forme de Google. Elle offre :

  • le partage des documents
  • le versioning des documents
  • la coédition simultanée à plusieurs.

L’utilisateur néophyte n’a pas à se soucier de l’emplacement de ses documents, il n’a pas à les classer, ces derniers sont facilement accessibles dans Google Docs.

Google a annoncé pour 2010, ChromeOS,  un système d’exploitation Open Source simplifié dont l’objectif est de permettre aux entreprises de se débarrasser des coûts de Windows/Office. Notons cependant que Google Docs n’offre pas les fonctionnalités et la productivité d’Office. L’application devra encore évoluer avant de convaincre les entreprises de se séparer d’Office.

Pour compléter son offre, Google propose Android, un système d’exploitation mobile Open Source. Android offre un accès pratique aux fonctions de messagerie/agenda/contact de Google Apps, mais l’accès à Google Docs est en lecture seule.

Microsoft

Microsoft est aujourd’hui le leader incontesté des applications collaboratives avec le couple Windows/Office côté poste de travail et le triptyque Exchange/SharePoint/Live Communication coté serveur.

Office offre une grande productivité, mais ne propose pas :

  • le partage des documents
  • l’accessibilité depuis un poste autre que son poste de travail professionnel
  • la coédition simultanée à plusieurs

L’usage d’Exchange permet le partage des documents. Mais pour l’accessibilité et la coédition, une suite bureautique Web est nécessaire. C’est pourquoi Microsoft va lancer Office Web Apps en 2010 (voir ce billet). Cette solution sera disponible en SaaS ou internalisable.

L’utilisateur des produits Microsoft va donc se voir proposer 2 interfaces quasi identiques : Office et Office Web Apps. Si ce choix satisfait les technophiles comme moi, il peut décontenancer les utilisateurs néophytes : quand utiliser Office ? Quand utiliser Office Web Apps ? Les deux suites seront elles lancées depuis le menu démarrer de Windows? Quid des scénarii hybrides, où je collabore avec un collègue qui utilise Office, tandis que j’utilise Office Web Apps? Aurons nous les mêmes fonctions que si nous utilisions tous deux la même interface? Etc. De plus, les utilisateurs de Windows Mobile bénéficieront d’une bureautique embarquée.

Un autre aspect risque de perturber l’utilisateur : il pourra sauvegarder ses documents sur son PC, un serveur de fichier, un serveur Exchange interne à l’entreprise, Office Online, SkyDrive. Il est à espérer qu’il ne se perdra pas en chemin. Et ce d’autant plus qu’il pourra choisir entre un scenario centralisé et un scenario Peer to Peer avec Live Mesh. Comme je l’ai déjà dit sur ce blog, la propension de Microsoft à multiplier les possibilités peut parfois perdre les utilisateurs…

IBM

IBM vient d’annoncer un accord avec Ubuntu pour proposer un environnement de travail complet et indépendant de Windows/Office. Ses utilisateurs se verront proposer :

  • Ubuntu comme système d’exploitation
  • Symphony (un clone d’Open Office) comme suite bureautique
  • Lotus Domino comme solution de collaboration internalisable
  • Lotus Live comme solution de collaboration SaaS

Si IBM a été pendant longtemps le leader des outils collaboratif avec Lotus, l’entreprise se trouve aujourd’hui en position de suiveur. Lotus Live propose un espace de stockage sans bureautique Web, et les possibilités d’accès depuis un mobile sont très limitées.

Apple

Apple est clairement un outsider dans ce panorama, car son offre entreprise est quasi inexistante.

Ses systèmes d’exploitation pour PC et mobile connaissent un grand engouement pour leurs qualités ergonomiques. Par contre, sa suite bureautique client/serveur iWork connaît une adoption anecdotique.

J’ai choisi de mentionner Apple, car cet acteur prend aussi la direction d’une collaboration Web : il est dors et déjà possible d’accéder avec Me.com à un ensemble mail/agenda/contact.

Avec iWork.com, il est possible de visualiser et commenter des documents.  Apple offrira probablement l’édition en ligne dans le futur.

En conclusion

Je crois beaucoup à la collaboration et la bureautique entièrement SaaS. Je me pose cependant les questions suivantes :

  • Google parviendra t’il à développer une bureautique du niveau d’Office en JavaScript?
  • Microsoft pourra t’il aller un peu plus loin avec Silverlight? Jusqu’au ira le développement d’Office Web App? Microsoft prendra t’il le risque de concurrencer sa suite historique?
  • Verront nous apparaitre une bureautique en Flash un peu plus évoluée qu’Adobe BuzzWord?

Plus d’informations en 2010…

2010, une grande année pour Microsoft

Posted in tendances

J’ai eu la chance d’assister à la conférence de presse de rentrée de Microsoft la semaine dernière.
L’année à venir va être riche en sortie de nouveaux produits. Je vous propose une petite synthèse de ce que j’en ai retenu :

L’efficacité individuelle

Le géant de Redmond utilise le terme d' »Efficacité individuelle » pour qualifier les outils de type poste de travail. Figurent dans cette catégorie :

  • Windows 7 : selon les observateurs, le nouveau système de Microsoft semble une bonne synthèse entre la vélocité de XP et l’ergonomie de Vista. Et Microsoft le présente comme le premier système moins gourmand que son prédécesseur. Il est probable que les entreprises vont l’adopter massivement. Malgré tout, Microsoft a choisi une communication plutôt humble, certainement pour faire oublier le lancement en fanfare de Vista.
  • Office 10 : Cette version d’Office intègrera Office Web Applications, que j’attends avec impatience. Malheureusement, l’accès en béta-test semble repoussé sine die.
  • de nombreux autres outils de collaboration unifiée (voir ce billet), parmi lesquels Visio, Project, Exchange, et Sharepoint vont sortir en version 2010.

Le cloud privé

Microsoft entend par Cloud Privé sa gamme d’outils serveurs destinés à une installation dans les murs de l’entreprise.
Cette terminologie choque un peu le puriste que je suis : pour moi, cloud signifie avant tout informatique déployée sur Internet (voir ce billet). Néanmoins, de plus en plus d’acteurs utilisent ce terme.
Le cœur du cloud privé de Microsoft est Windows Server 2008 R2, avec ses nouvelles fonctionnalités de virtualisation.
A terme, le géant de Redmond proposera l’ensemble de sa gamme d’outils serveurs en version logicielle et en version hébergée dans son cloud public.

Le cloud public

Le cloud public de Microsoft est bien sûr Azure, dont j’ai déjà largement parlé dans ce billet et celui ci.

Vers plus d’ouverture…

Microsoft met de plus en plus l’accent sur l’ouverture depuis quelques temps. Parmi les initiatives les plus intéressantes, on peut citer :

  • un partenariat renforcé avec la recherche et les universités : INRIA, SciencesPo, Polytechnique/CNRS
  • la montée en puissance de l’initiative InterOp, sur laquelle travaille mon ancien collègue Jean Christophe Cimetiere. Un InterOp Lab doit même ouvrir à Paris.
  • Le lancement d’une fondation Open Source : la CodePlex Foundation. Cette fondation a pour ambition de reproduire le succès d’Eclipse dans le monde .NET. De même qu’IBM a lancé puis donné son indépendance à Eclipse, Microsoft souhaite donner progressivement son indépendance à sa fondation.

Les grincheux diront qu’il s’agit du nouvelle fourberie du grand Satan. Mais je pense, pour ma part, que Microsoft est vraiment en train de changer sous l’impulsion de Ray Ozzie. Le mouvement open source, que Ballmer avait systématiquement diabolisé, est enfin pris en compte à sa juste valeur…

Il me semble que les nouveaux « satans » sont en fait les acteurs les plus en vogue en ce moment : Google avec sa scannéristion massive de livres, Apple avec son AppStore verrouillé. Finalement, Microsoft pourrait bien se recréer une image positive auprès des informaticiens.

Qu’en pensez-vous?

Innovations ou bataille d’annonces?

Posted in tendances

Il semble que Google et Microsoft rivalisent sur les effets d’annonce en ce mois de juillet. On peut se demander si les frères ennemis présentent de vraies innovations ou essayent juste d’occuper le terrain….

Chrome OS

Dans ce billet intitulé « Projection sur le FirePC », J’avais évoqué mon souhait de voir apparaitre des appareils ayant le navigateur Firefox pour seule interface. Tristant Nitot m’avait répondu « qu’il en pensait du bien »… J’ai eu l’occasion d’en reparler avec lui il y a 15 jours.
Cette perspective est en train de se concrétiser avec Intel Moblin et Jolicloud, deux systèmes basés sur Linux et Firefox. Nous sommes en train de les tester chez SQLI…

Google se raccroche à ce train et vient d’annoncer son Chrome OS, un système qui devrait proposer le navigateur Chrome comme seule interface. On sait peu de chose sur ce produit qui doit sortir courant 2010.
Les informations disponibles ne permettent pas de dire s’il sera vraiment innovant. Et je suis étonné que Google l’annonce sans rien montrer de concret. Le géant de Mountain View nous avait habitué à un autre mode de fonctionnement : des nouveautés opérationnelles plutôt que des effets d’annonce.
On serait tenté de croire ici que Google veut occuper le terrain en prévision de la sortie de Windows 7.

Office Web Applications

De son côté, Microsoft communique sur Office Web Applications.
Là aussi, pas de scoop majeur : cette suite bureautique avait été annoncée en octobre 2008 (voir ce billet), et nous n’avons pas appris grand chose de plus cette semaine. Par ailleurs, il me semble que le géant de Redmond n’a rien présenté de testable de manière concrète.
Là encore, on peut se demander si Microsoft ne serait pas en train d’occuper le terrain pour limiter les migrations vers Google Apps.

En conclusion

Je terminerai en disant qu’il n’y a peut être pas beaucoup d’actualité intéressante en ce mois de juillet, ce qui expliquerait la couverture médiatique excessive de ces annonces.
Et en attendant de plus amples informations, il me parait peu probable que Google fasse trembler Microsoft sur le terrain des systèmes d’exploitations, ni que Microsoft fasse trembler Google sur le terrain de la bureautique en ligne.

A suivre….