Skip to content

Un nouveau monde numérique, par Guillaume Plouin Posts

Le système d’information à la demande

Posted in perspectives

Google vient d’annoncer une offre logicielle hébergée, constituée de son offre collaborative (Gmail, Google Talk, Google Calendar) et d’un outil de création de site Web. Cette offre est intitulée Google Apps for your Domain. Elle devrait rapidement s’enrichir de fonctions bureautiques apportées par ses outils Spreadsheet et Writely.

Cette offre cible pour l’instant les PME : il est probable qu’elle soit proposée un jour sous la forme d’une Appliance, internalisable dans le système d’information, qui pourrait intéresser les grandes entreprises.

Elle est l’occasion de réfléchir sur un certain nombre de perspectives intéressantes :

Le modèle des applications à la demande, dont le plus grand acteur est actuellement SalesForce, semble s’étendre progressivement à tous les domaines applicatifs.

Les petites entreprises étant de plus en plus connectée à Internet, en permanence et en haut débit, on peut imaginer que certaines d’entres elles choisiront d’externaliser la totalité de leur système d’information.
Les architectures Orientées Service (SOA) agiront comme un facilitateur : en effet, elles feront reposer leur SI sur un ensemble de services hébergés par divers sous-traitants, facilement interconnectables grâce aux principes des applications composites SOA.

Dans ce contexte, les acteurs possédant des DataCenters de grande envergure à l’échelle internationale, vont jouer un rôle prépondérant, en hébergeant les services et données d’entreprise (cf. ce billet). On pense à Amazon et son service EC2 ou encore aux ambitions de Google.
Il est amusant de constater que ces acteurs viennent du monde du Web et non de celui des grands éditeurs comme IBM, Microsoft ou Oracle.

Si on pousse ce modèle à l’extrême, il est possible que les petites entreprises ne possèdent plus d’applications de manière permanente et qu’elles louent des services hébergés à la demande, en payant à l’usage.
L’illustration de ce modèle dans le cadre grand public serait le suivant : des mélomanes connectés en permanence à Internet ne possèderaient plus leur musique en propre, mais l’écouteraient en ligne contre un micropaiement reversé aux ayants droits à chaque accès.

Pour ce qui concerne les grandes entreprises, on peut imaginer qu’elles tirent aussi parti de SOA pour orchestrer :

  • des services internes développés en spécifique ;
  • des services internes sur Appliances ;
  • des services hébergés en externe.

Qu’en pensez-vous?

CleverSafe : solution ultime pour sécuriser les données

Posted in tendances

Je vous conseille le billet très intéressant de Louis Naugès sur l’offre CleverSafe. Cette société propose une méthode de stockage sur Internet avec une garantie sur l’intégrité des données, basée sur un tronçonnage des fichiers et la réplication des tronçons sur des serveurs éparpillés sur la planète.

Ce principe rappelle celui de l’archivage RAID5 ou de la distribution des fichiers avec BitTorrent. Il est proposé en Open Source.

Un point me parait extrêmement élégant dans ce principe : la confidentialité des données est assurée par le tronçonnage massif des fichiers et non par un chiffrement gourmand en ressources processeur. Ainsi, seul le propriétaire des données qui connait les identifiant des tronçons peut reconstituer un fichier. Le système offre donc un haut niveau de garantie en terme d’intégrité et de confidentialité en une seule passe.

Je suis d’accord avec L. Naugès pour dire que cette méthode a énormément d’avenir. En effet, de nombreuses entreprises réfléchissent aujourd’hui sur des système de "disaster recovery" capable de sauver leurs données en cas de ras de marée ou de tremblement de terre. La méthode de CleverSafe me parait très adaptée à ces besoins.

Impressions sur Office 2007

Posted in tendances

Je teste depuis quelques temps la version béta de Microsoft Office 2007.
Ma première impression sur la nouvelle interface était très positive : elle est réellement très réussie en terme d’ergonomie et de graphisme.

Cependant, à l’usage, je suis un peu perdu. Il m’a fallu du temps pour trouver le correcteur d’orthographe ou le bouton pour insérer une note en bas de page. Je constate ainsi une perte, sans doute passagère, de productivité.
Par ailleurs, le nouveau format de document Open XML est satisfaisant car il est ouvert, mais il constitue une rupture importante. Les formats office n’avaient pas changé depuis 97, ce qui nous simplifiait beaucoup la vie.
je m’interroge sur l’attitude des entreprise vis-à-vis de ces deux ruptures nécessitant :

  • Une formation des utilisateurs à la nouvelle interface ;
  • Une migration de tous les contenus documentaires vers un nouveau format.

Ne vont elles pas profiter de cette rupture pour étudier la migration vers OpenOffice dont l’interface est plus proche de celle d’Office classique? D’autant plus que le format Open Document d’OpenOffice a été standardisé par l’ISO et l’OASIS. Il est donc probablement plus pérenne.
Les entreprises pourraient aussi étudier les offres de bureautique en ligne en pleine maturation (cf. Writely, Google Spreadsheets, etc.)

En conclusion, je dirais que Microsoft joue gros sur cette nouvelle version d’Office.
Qu’en pensez-vous?

Améliorations de Google Talk

Posted in tendances

Google Talk vient de sortir une nouvelle version qui apporte les améliorations suivantes :

  • Gestion de l’échange de fichiers ;
  • possibilité de laisser un message vocal.

Nous considèrons que les fonctions d’un système collaboratif complet de dernière génération sont les suivantes :

  • Communication de type "synchrone" ou "débat" : chat, voix sur IP, vidéoconférence, partage de fichier et d’applications ;
  • Communication de type "asynchrone" ou "messagerie unifiée" : email, SMS, message vocal.

Selon, ce prisme, l’offre de Google commence à être assez complète grâce à l’intégration de Google Talk et de la messagerie Gmail : il ne manque plus guère que la visioconférence et le partage d’applications pour affronter les offres professionnelles de Microsoft et d’IBM.
Il manque aussi à Gtalk une vraie base utilisateur : la jeunesse de son offre explique son retard par rapport à MSN Messenger et autres…
Sur cet aspect, l’annonce d’une future interopérabilité entre Google Talk et AOL Instant Messenger devrait changer la donne. Ce regroupement affrontera celui constitué par Microsoft et Yahoo.

Affaire à suivre…

Serveur d’identité : le chaînon manquant des architectures SOA

Posted in tendances

La fédération d’identité est une approche d’architecture qui propose d’établir des liens de confiance de manière distribuée entre des services applicatifs et des référentiels utilisateurs, appelés serveurs d’identité. Le serveur d’identité est une sorte d’annuaire LDAP amélioré, capable d’authentifier des accédants pour le compte d’applications internes ou externes à l’entreprise sur la base des technologies Web Services. Il fournit aussi des fonctions de Single Sign On (cf. cette tribune du Journal du Net).

Le principal objectif de la fédération d’identité est de faciliter les échanges entre partenaires sans avoir à dupliquer les référentiels utilisateurs et donc en faisant de la délégation de gestion des utilisateurs sur la base de liens de confiance entre entreprises.
Les serveurs d’identité sont donc indispensables dans une architecture SOA impliquant plusieurs partenaires.
Ils sont malheureusement peu utilisés à ce jour pour deux raisons principales :

  • les concepts rapidement évoqués ci-dessus sont encore un peu déroutants ;
  • Il existe 2 normes concurrentes pour gérer la fédération d’identité : le projet Liberty & WS-Federation ;

Ainsi, les entreprises françaises tardent à adopter la fédération d’identité, ce qui me semble très regrettable compte tenu de la puissance de ses concepts.
Nous vous engageons donc à explorer ces technologies …