Skip to content

Catégorie : perspectives

Réflexions sur le BYOD chez OCTO

Posted in perspectives

Dans le cadre des travaux de R&D, une équipe OCTO a travaillé en 2012 sur le Bring your Own Device.

Ces travaux étaient destinés à nous donner une vision sur le sujet afin de définir notre propre politique en la matière. Notre conclusion a été qu’en fait aucune entreprise ne fait de vrai BYOD en France, pour cause de réglementation de l’URSSAF.

Cette conclusion a donné lieu à une tribune dans 01 Informatique, écrite pas mes soins :  » Le BYOD, tout le monde en parle, mais personne n’en fait. » (octobre 2012)

Pour partager nos réflexions et retours d’expérience, nous avons aussi lancé un Manifeste du BYOD : http://www.byod-manifesto.org

Vous verrez ici qu’OCTO fait dores et déjà du « Choose Your Device » et du « Connect Your Own Device »…

A la suite de ces réflexions, j’ai été invité à parler de notre expérience BYOD à l’émission « IT for business l’hebdo » (vidéo ci dessous).

5 ans de blog, et après ?

Posted in perspectives

Depuis le mois d’août 2011, cela fait 5 ans que je tiens un blog. Au passage, ma première tribune en mars 2002, était dans la presse traditionnelle : une “chronique des NTIC” pour IBCOM, un journal Suisse. Les voies de l’écriture sont bien impénétrables…

Qu’est ce qu’un blog ?

Pour moi, un blog est une sorte de journal de bord où l’on expose ses vues, où l’on voit les idées évoluer. Il y est normal de revenir souvent sur les mêmes sujets, de les mûrir, de voir des convictions naître. On constate parfois qu’on s’était trompé (comme ici), ce qui met les choses en perspective.
Donc, lorsque je parle de blogs, j’exclus ceux qui se contentent de relayer l’actualité ou de faire du scoop, ceux qui ne proposent pas d’avis personnel, à la manière des journaux gratuits du métro. J’exclue aussi les publications qui ne consacrent qu’un seul billet à un sujet, jugeant que tout à été dit en une fois. Je crois être en accord avec la définition de Wikipedia.

Garder la flamme…

Blogger dans la durée est un sujet que j’ai abordé plusieurs fois avec Fred Cavazza. Il a résolu la question en trouvant un modèle mixte : il est journaliste-bloggeur à mi-temps, et consultant-formateur dans son autre mi-temps. Le premier mi-temps est consacré à sa passion pour la veille et pour l’écriture, le second lui permet de vivre. Ce modèle semble pérenne, car il est maintenant un “groupe de presse à lui tout seul” avec 8 blogs…
Il y a un autre journaliste-bloggeur que je lis depuis plusieurs années : Francis Pisani. J’aime beaucoup son ton, et il a gagné une certaine légitimité : son blog est hébergé par lemonde.fr. Cependant, Pisani a quasiment arrêté de blogger depuis plus d’un an. Une différence de taille avec Fred Cavazza : Pisani est un journaliste professionnel. Sans doute l’évolution de sa carrière lui laisse- t’elle moins de temps. Il est loin d’être le seul exemple : je pense à d’autres comme Narvic ou Sami Jaber

Pour ma part, je n’écris plus mes 2 billets par semaine comme en 2006. Et ce blog n’est plus vraiment alimenté en contenu : il sert plutôt de Hub pour signaler mes tribunes à droite à et à gauche (Atelier.net, OCTO Talks, 01 Informatique, laLettreDuSaaS.com, etc.) J’ai tout de même écrit 3 tribunes en septembre… Je ne crois pas avoir perdu mon envie d’écrire, mais, je manque de temps avec des enfants en bas âge.

Et si tout s’arrêtait ?

Je me pose actuellement 2 questions :

Blogger serait-il l’apanage de jeunes passionnés, qui ont plus de temps et d’énergie que les quasi-quarantenaires ? Ce ne serait pas très grave. Et je suis décidé à m’accrocher malgré un âge canonique dans le monde des geeks.

La tendance Web 2.0 à la contribution participative pourrait elle s’éteindre ? Assisterait on à la fin d’un effet de mode ?  On constate un certain désintérêt pour la participation à la vie de la cité dans nos pays développés. Le Web était devenu le nouvel eldorado de la contribution désintéressée, de l’humanisme retrouvé.
Je crains que cela passe. En effet, il semble que de nombreux blogs ferment, que beaucoup préfèrent s’exprimer en une phrase sur Faceboook ou twitter plutôt que d’écrire.
Ce serait assez grave, un trésor comme Wikipedia ne serait plus alimenté. Voir cet article intitulé Wikipedia en souffrance…

Qu’en pensez-vous ?

Et si nous définissions l’Internet des objets ?

Posted in perspectives

Je viens de publier un billet sur l’Internet des Objets sur le blog OCTO : une synthèse des réflexions que j’ai eu avec mon stagiaire 2011, Nicolas Colomer.

Nous avons travaillé tous les deux sur un prototype de ce que nous appelons le « Quantified Car », c’est à dire l’idée qu’une automobile transmet en permanence ses paramètres vitaux, à la manière des avions pour permettre divers usages…

Pour consulter le billet, cliquer ici.

Quelques perspectives pour 2011…

Posted in perspectives

Je me suis lancé dans un petit exercice de prospective sur le blog OCTO, pour partager mon sentiment sur les sujets à suivre en 2011.

J’y aborde :

  • Le cloud computing
  • la mobilité
  • la fédération d’identité
  • les architectures à haute performance
  • les interfaces gestuelles
  • Open Data
  • l’internet des objets
  • les réseaux sociaux d’entreprise

Le billet se trouve ici.

N’hésitez pas à faire des commentaires…

Les perspectives de la réalité augmentée (suite)

Posted in perspectives

J’ai déjà abordé la thématique de la réalité augmentée ou AR (Augmented Reality) dans un précédent billet.

Sur le sujet, je vous invite à lire cet intéressant article qui énumère les cas d’usage de l’AR.

Le propos de ce nouveau billet d’essayer de dessiner l’évolution à venir de ces technologies, au travers de 4 niveaux de maturité.

Niveau 1 : les points d’intérêt

Mon précédent billet présentait la réalité augmentée comme un ensemble de couches d’information projetées en surimpression sur le monde réel, généralement au travers de l’écran d’un téléphone mobile. Ces couches sont constituées d’un ensemble de points d’intérêt, à la manière de ce ceux des appareils GPS, ou à la manière des données KML affichées sur les fonds de carte Google Maps.

L’application Layar, disponible aujourd’hui sur Android et iPhone, est la parfaite illustration de ce mode de réalité augmentée : elle permet d’afficher diverses couches : des informations issues de Wikipedia sur les monuments, les restaurants, les stations de métro, les prix au mètre carré des immeubles, etc.

AR : points d'intérêt

Niveau 2 : l’intégration de formes 3D

L’application Layar est capable depuis peu d’afficher des objets en 3D. Cette possibilité permet d’envisager des usages beaucoup plus sophistiqués de la réalité augmentée, grâce à la présentation d’informations visuelles en surimpression de la réalité (voir exemple ci dessous). On atteint selon moi un second niveau de maturité.

AR - pacman

Niveau 3 : l’analyse en temps réel

J’ai évoqué jusqu’à présent des systèmes purement orientées affichage, incapable d’interagir avec la réalité elle même.

On franchirait un nouveau niveau de maturité avec des applications capables de reconnaître des formes ou des images dans notre environnement réel, d’interpréter notre contexte, et de déclencher des traitements ad-hoc.

Il existe dores et déjà des expérimentations consistant à reconnaître des visages ou bien la couverture des livres par traitement d’image, mais pas de reconnaissance de forme généraliste. De plus, à ma connaissance, ces technologies ne sont pas encore disponibles sur des appareils mobiles comme les iPhones ou les appareils Android. Et je doute que de tels appareils disposent aujourd’hui d’une puissance suffisante pour une analyse de contexte général en 3D.

Le niveau 3 est donc prospectif.

Niveau 4 : « wearable »

Enfin, la réalité augmentée sur téléphone mobile est très satisfaisante, mais elle a ses limites : elle monopolise une main.

Le 4ème niveau de maturité utiliserait donc un équipement attaché au corps : on parle pour cela de wearable computer.

Cet équipement peut être fixé sur le torse de l’utilisateur  : c’est le cas du dispositif expérimental de Pranav Mistry du Media Lab au MIT (voir vidéo ci dessous).

On peut aussi imaginer un dispositif fixé sur la tête pour suivre les mouvements du regard, comme, par exemple, des lunettes augmentées.

Les dispositifs de niveau 4 ne sortiront pas avant 3 ans sur le marché, j’en ai peur.