Skip to content

Mois : janvier 2010

L’émergence de standards faciliterait le recours aux PaaS

Posted in tendances

J’ai récemment publié une tribune dans la rubrique « ET DEMAIN… » de  01 Informatique (numéro du 14 janvier 2010).

La tribune proposait une projection sur l’usage des PaaS (Platform as a Service), ainsi que sur leur évolution. Vous pouvez la consulter sur le blog OCTO à cette adresse.

J’aime assez l’idée d’un socle d’exécution totalement banalisé sur chaque noeud de l’Internet, à la manière des routeurs. Ces noeuds appartiendraient de manière indifférenciée à des administrations, des universités, des entreprises, des opérateurs télécoms, etc. Et les développeurs d’applications Cloud y distribueraient leurs applications en fonction de leurs besoins en ressources et de la proximité de leurs utilisateurs finaux.

Qu’en pensez vous ?

Et si nous définissions simplement le cloud computing !

Posted in publications

J’ai écrit, la semaine dernière, une tribune sur le site de l’atelier sur le Cloud Computing.

Son objectif était de partager la définition et les principaux concepts du Cloud, tels que nous les envisageons chez OCTO.

En 2 mots nous considérons que :

  • L’architecture du Cloud = Virtualisation + « pay as you go » + « self service » (cf. article)
  • Faire du Cloud Computing sans se pencher sur la culture des acteurs du Cloud n’a pas de sens

Une version étendue de l’article est disponible sur le blog OCTO  : Et si nous définissions simplement le Cloud Computing !

Applications mobiles : Web ou embarquées ?

Posted in tendances

L’actualité mobile d’OCTO a été très dense ces dernières semaines. Mes collègues ont en effet sorti 3 applications pour iPhone :

  • Une application pour un de nos clients dans l’assurance (plus de précisions dans une quinzaine de jours).
  • OCTO Talks ! : une application qui permet de consulter l’actualité du blog OCTO de manière asynchrone (par exemple dans le métro), à la manière de l’application du Monde.fr
  • iDailyScrum : un chronomètre pour rendre les Daily Scrum plus efficaces et amusants

Nous  travaillons aussi sur des applications Web mobiles connectées au SI pour l’interne et pour nos clients.

J’en profite pour évoquer une question dont je discute fréquemment avec mes collègues : « la croissance de l’AppStore va t’elle continuer ou bien les entreprise vont elles au contraire se tourner vers des applications Web mobiles ? »

Avantages des applications embarquées

Selon mes sources, l’AppStore d’Apple compte aujourd’hui 100 000 applications, l’Android Market environ 13 000 applications, le Windows Marketplace environ 400 applications. L’AppStore est très en avance : Apple a en effet créé et développé le modèle de plateforme de téléchargement intégrée à un système mobile. A noter : un concept proche était déjà présent dans la distribution Linux Ubuntu.

La principale nouveauté lancée par Apple avec l’AppStore est le modèle de rémunération partagé avec les développeurs. Il est devenu possible pour des indépendants de se rémunérer sur de petites applications bon marché distribuées à grande échelle. Ce modèle de micro-paiement rémunérateur était jusqu’alors réservé à de grandes entreprises : il est devenu accessible à n’importe quel Geek. Un de mes collègues double ainsi son salaire avec une seule application iPhone. Les applications Web étant généralement gratuites, l’écosystème iPhone est devenu un eldorado pour les développeurs. A noter : la gratuité des applications Web n’a pas vraiment de fondement, elle est liée à un consensus de fait : nous sommes peu enclins à payer pour un service Web. De la même manière, les opérateurs télécom ont toujours financé les téléphones et peuvent difficilement revenir en arrière aujourd’hui.

Les applications embarquées offrent d’autres avantages :

  • Meilleure intégration à l’interface du système mobile (boutons d’action positionnées au pixel près en bas d’écran, clavier virtuel, etc.)
  • Capacité à utiliser des périphériques spécifiques  (GPS, accéléromètre, lecteur RFID, lecteur NFC, etc.)
  • Gestion du mode déconnecté par stockage local

Dans le cas de l’iPhone, le SDK permet aussi une grande rapidité de développement, supérieure à celle d’une application Web selon mes collègues ; et l’effet de mode joue : toutes les entreprises veulent leur application iPhone.

Avantages des applications Web

En théorie, les applications Web permettent une consultation depuis tous les types de terminaux mobiles. Cet avantage est à relativiser car les capacités des terminaux varient grandement sur 2 aspects :

  • la taille de l’écran, et la capacité à zoomer depuis le navigateur
  • la gestion du JavaScript ou du format Flash

De plus, les applications Web ne gèrent pas le mode déconnecté et les périphériques spécifiques. Cet état de fait va changer avec HTML5, la nouvelle mouture de HTML en cours de finalisation. Elle gérera en particulier le mode déconnecté et la géolocalisation.

Quelques exemples d’applications HTML5 existent déjà comme les versions de Google Latitude et Gmail pour iPhone : elles offrent un très bon niveau d’ergonomie. Si HTML5 se développe, il pourrait arriver ce qu’il est arrivé sur PC depuis 10 ans : le déclin des applications embarquées au profit des applications Web. Et l’expansion de l’AppStore pourrait s’inverser. Un autre facteur pourrait aller dans le sens de la décroissance de l’AppStore : la fin de l’effet de mode et la disparition des applications « anecdotiques ». Enfin, Apple pourrait inciter cette décroissance pour rendre l’offre applicative plus lisible.

Qu’en pensez vous?

Perspectives pour 2010

Posted in tendances

Avant toute chose, je vous souhaite une excellente année 2010, sous le signe de la reprise…

L’objet de ce billet est de me plier au classique exercice prospectif sur les tendances pour l’année à venir, en commençant par l’incontournable revue de mes prévisions de l’an dernier.

Début 2009, j’avais évoqué le Cloud Computing, l’Internet des Objets (ubimedia), la géolocalisation, et le Green IT. Seul l’internet des objets s’est développé moins vite que je l’aurais pensé : il  cependant été largement étudié pendant l’année, en particulier lors de la conférence LIFT France 09 à Marseille, et lors des entretiens du nouveau monde industriel à Paris.

Pour l’année à venir, je pense que les sujets suivants vont prendre de l’ampleur :

Le Cloud Computing

Il est vrai que ce sujet revient beaucoup dans mes billets : il me tient particulièrement à cœur, surtout depuis la publication chez Dunod de mon livre éponyme. Nous sommes néanmoins loin d’avoir fait le tour du Cloud, que le Gartner présente comme le sujet No 1 pour 2010.

Ma perception du sujet a beaucoup évolué ces derniers mois, en particulier depuis mon arrivée chez OCTO où j’ai l’occasion d’échanger avec des architectes de premier ordre. Nous avons présenté notre approche du sujet lors du petit déjeuner du 10 décembre dernier.

Quelques événements importants vont marquer le sujet en 2010 :

  • Pour la partie plateforme PaaS/IaaS : la sortie de Windows Azure de Microsoft, de la plateforme d’Orange Business Services, et peut être d’autres acteurs français ou européens (comme COLT).
  • Pour la partie SaaS : la sortie d’Office Web Apps, et d’importantes évolutions de Google Apps

Les nouvelles interfaces : Smartphones, Netbooks, Smartbooks, Touchbooks…

l’iPhone a connu un succès fulgurant en 2009. En particulier, Apple est devenu le second vendeur de mobiles en France, où 2 millions d’iPhones ont été écoulé. L’AppStore est aussi un phénomène remarquable avec 100 000 applications développées en 18 mois. Le graphique suivant, emprunté à Morgan Stanley, est très évocateur.

Les appareils sous Android devraient connaître leur montée en puissance en 2010.

On nous annonce la tablette Apple iSlate pour fin janvier. Rumeur ? Toujours est t’il que des aficionados de la pomme ont créé un site sur le sujet : islate.org

Dans le domaine des netbooks, Google a annoncé son ChromeOS pour mi 2010. Intel travaille sur Moblin, Tariq Krim sur JoliCloud (voir ce billet).

Pour ce qui concerne les eBooks, Amazon a annoncé des ventes record de son Kindle fin 2009. Je tempère néanmoins cette réussite pour la France, car le catalogue d’Amazon ne contient quasiment aucun ouvrage en Français. De nombreux autres constructeurs vont sortir leurs modèles prochainement (voir ce billet).

Il apparait donc que le modèle du PC classique WinTel va être chahuté en 2010.

La réalité augmentée

Je suis un enthousiaste de la réalité augmentée que je vois comme une suite logique de la géolocalisation (voir ce billet). Schématiquement, les interfaces contextuelles connaissent 3 niveaux de maturité :

  1. l’information pure : Google Search vous donne les restaurants près d’une adresse donnée
  2. l’information géolocalisée : L’application iPhone Google local Search vous donne les restaurant près de vous
  3. l’information en réalité augmentée : Layar vous montre les restaurants autour de vous

Je pense qu’Apple, Google, et peut être Microsoft vont sortir en 2010 des kits de développement de réalité augmentée sur leurs plateformes mobiles, et que les applications de ce type vont se multiplier.

Et la fédération d’identité?

La disponibilité d’identités fédérées me parait indispensable à l’ère du Cloud Computing. Pour mémoire, il s’agit de la possibilité d’utiliser une identité unique et centralisée pour accéder à des services fournis par divers opérateurs.

En 2006, J’avais annoncé la montée en puissance d’OpenID pour 2007. J’avais été beaucoup trop optimiste : le décollage de la fédération n’a toujours pas eu lieu. J’espère que 2010 sera enfin l’année de la fédération.

Je ne reviens pas sur le Green IT qui va rester une tendance de fond pendant quelques années….