Skip to content

Mois : juillet 2009

Innovations ou bataille d’annonces?

Posted in tendances

Il semble que Google et Microsoft rivalisent sur les effets d’annonce en ce mois de juillet. On peut se demander si les frères ennemis présentent de vraies innovations ou essayent juste d’occuper le terrain….

Chrome OS

Dans ce billet intitulé « Projection sur le FirePC », J’avais évoqué mon souhait de voir apparaitre des appareils ayant le navigateur Firefox pour seule interface. Tristant Nitot m’avait répondu « qu’il en pensait du bien »… J’ai eu l’occasion d’en reparler avec lui il y a 15 jours.
Cette perspective est en train de se concrétiser avec Intel Moblin et Jolicloud, deux systèmes basés sur Linux et Firefox. Nous sommes en train de les tester chez SQLI…

Google se raccroche à ce train et vient d’annoncer son Chrome OS, un système qui devrait proposer le navigateur Chrome comme seule interface. On sait peu de chose sur ce produit qui doit sortir courant 2010.
Les informations disponibles ne permettent pas de dire s’il sera vraiment innovant. Et je suis étonné que Google l’annonce sans rien montrer de concret. Le géant de Mountain View nous avait habitué à un autre mode de fonctionnement : des nouveautés opérationnelles plutôt que des effets d’annonce.
On serait tenté de croire ici que Google veut occuper le terrain en prévision de la sortie de Windows 7.

Office Web Applications

De son côté, Microsoft communique sur Office Web Applications.
Là aussi, pas de scoop majeur : cette suite bureautique avait été annoncée en octobre 2008 (voir ce billet), et nous n’avons pas appris grand chose de plus cette semaine. Par ailleurs, il me semble que le géant de Redmond n’a rien présenté de testable de manière concrète.
Là encore, on peut se demander si Microsoft ne serait pas en train d’occuper le terrain pour limiter les migrations vers Google Apps.

En conclusion

Je terminerai en disant qu’il n’y a peut être pas beaucoup d’actualité intéressante en ce mois de juillet, ce qui expliquerait la couverture médiatique excessive de ces annonces.
Et en attendant de plus amples informations, il me parait peu probable que Google fasse trembler Microsoft sur le terrain des systèmes d’exploitations, ni que Microsoft fasse trembler Google sur le terrain de la bureautique en ligne.

A suivre….

Vers une nouvelle architecture?

Posted in tendances

L’objet de ce billet est d’évoquer certaines évolutions récentes des architectures informatiques qui me paraissent assez structurantes. Ces évolutions sont issues d’acteurs innovants qui ne pratiquent pas la course à la puissance et envisagent des plateformes techniques en rupture. Elles devraient intéresser les entreprises qui réfléchissent sur l’évolution de leur Système d’Information.
(Attention : ce billet est assez technique)

Nouvelles architectures serveurs

Comme je l’ai évoqué dans mon dernier livre, les acteurs du cloud computing gèrent des datacenters de grande envergure avec des approches assez spécifiques :

  • Une panne machine est considérée comme un évènement normal et quotidien et il est géré de manière automatique
  • Les données sont répliquées en continu sur plusieurs continents.

De fait, leur approche architecturale est atypique et ils respectent un principe appelé le théorème de CAP. CAP signifie Consistency, Availability and Partition-Tolerant, c’est à dire consistance, disponibilité et tolérance aux pannes.

Le théorème dit la chose suivante : « dans une architecture distribuée de grand envergure, il n’est possible d’assurer que deux des trois propriétés CAP ». Les datacenters du cloud computing peuvent donc assurer la haute disponibilité et la tolérance aux pannes, mais pas la consistance des données. Résumé en 2 mots, cela signifie que ces architectures ne sont pas transactionnelles, et qu’elles remettent en cause les vieux principes du « Two-phase commit. »

Par ailleurs, pour des raisons de performance, leurs bases de données sont souvent éclatées sur plusieurs serveurs, et structurées de manière non relationnelle. Elles remettent dont en cause les principes de normalisation de Merise.

Enfin, toujours pour des raisons de performance, elles mettent l’accent sur l’exécution en mode asynchrone, au travers de queues de messages simplifiées.

Nouvelles architectures de postes de travail

Côté utilisateur, le cas de l’iPhone me paraît très intéressant car c’est le premier système moderne à interdire le multitâche. Cette approche est très en rupture avec les évolutions classiques de l’informatique. Elle privilégie la fluidité de l’expérience utilisateur sur la sophistication technique que l’on peut trouver dans les dernières versions de Windows.
Dans le même ordre d’idée, je pense aux netbooks exécutant des systèmes simplifiés basés sur Linux comme Moblin ou JoliCloud (cf. ce billet de Fred Cavazza). Ces systèmes me paraissent très pertinent pour des besoins de simple navigation sur le Web.

Enfin, les navigateurs de dernière génération comme Firefox ou Chrome ont réécrit leurs moteurs JavaScript pour offrir une expérience utilisateur très fluide dans un environnement technologique assez frustre : les pages Web.

En conclusion ?

Je terminerai en disant que nous sommes face à un changement de paradigme.

Ces nouvelles architectures remettent en cause des principes souvent considérés comme gravé dans le marbre par les architectes IT.
Cette nouvelle approche privilégie le pragmatisme et la fluidité de l’expérience utilisateur sur le « plaisir intellectuel d’une belle architecture« .

Qu’en pensez vous?