Google I/O 2009 – la vision Google de l’IT

Pas d’annonce fracassante en ce premier jour de Google I/O 2009. Il semblerait que les grandes nouveautés soient dévoilées en deuxième journée. Donc rendez vous demain pour d’éventuelles surprises…

Eric SCHMIDT, PDG de Google, et Vic GUNDOTRA, « Vice President of Engineering », ont néanmoins présenté une belle vision de l‘IT en architecture Web 2.0. Cette vision peut intéresser les entreprises qui considèrent que les architectures issues du Web sont intéressantes en terme d’agilité et de performance.

Ces messieurs présentent, bien entendu, le Web comme la plateforme du futur. Pour eux, les applications Web sont en train de dépasser les applications client/serveur en terme de productivité et d’efficacité. Ils considèrent que le point de rupture a été franchi avec Google Maps, qui a démontré la possibilité d’une grande ergonomie au sein d’une page Web. Puis Gmail a démontré les capacités inexploitées de JavaScript, et le monde du Web s’est mis à Ajax.

Google croit énormément aux capacités de HTML et JavaScript et semble penser que des technologies RIA comme Flash ou Silverlight sont inutiles (voir ce billet, où j’évoquais les risques de cette approche).
Google place de grands espoirs dans HTML 5. Cette nouvelle mouture permettra :

  • la gestion de la vidéo : dans ce domaine, il me semble que HTML 5 arrive un peu tard et que Flash s’est imposé comme standard de fait.
  • la gestion du mode déconnecté : je pense que cette gestion est une grande avancée. Elle devrait permettre de sortir de technologies propriétaires comme Gears.
  • la gestion de traitements en taches de fond : une belle avancée pour la stabilité des applications JavaScript complexes.
  • la gestion de la géolocalisation : une possibilité intéressante. J’y reviendrai dans un prochain billet.

Google propose une vision d’architecture technique basée sur :

  • Ajax/JavaScript pour la partie client, avec sa technologie GWT (Google Web Toolkit). GWT est agile car le JavaScript est généré sans que le développeur ait besoin de le comprendre.
  • Le Cloud computing pour la partie serveur avec sa plateforme GAE (Google App Engine). GAE permet de développer rapidement sans se préoccuper de la « plomberie » technique, prise en charge par Google.

Cette architecture est totalement cohérente car entièrement basée sur Java et sur l’environnement Open Source Eclipse. De plus, les traitements asynchrones vont devenir possibles sur les deux faces de cette plateforme.

On pourrait compléter cette vision par :

  • SDC (Secure Data connector) et les API de gestion d’identité (Provisioning/SSO API) pour la connexion entre le SI d’entreprise et la plateforme Google.
  • Android pour la partie système d’exploitation utilisateur, si l’on considère que les téléphones et netbooks sont les postes de travail du futur.

Je vous propose une synthèse sous forme de schéma :

Qu’en pensez vous ?

Guillaume Plouin

Directeur informatique chez Deveko. Auteur chez Dunod. Conférencier autour du Cloud et des Géants du Web.

Laisser un commentaire