Skip to content

Mois : janvier 2009

Microsoft devrait t’il abandonner Internet Explorer?

Posted in tendances

La commission européenne vient de relancer une action contre Microsoft sur la vente liée de Windows & Internet Explorer. C’est l’occasion de reparler de la pertinence d’Internet Explorer, un sujet que j’ai souvent abordé avec mes collègues chez SQLI.

Un peu d’Histoire

Internet Explorer a été créé par Microsoft pour contrer la montée en puissance de Netscape, un acteur qui avait une très belle vision du Web et qui aurait pu être à la fin des années 90 ce que Google est devenu aujourd’hui. L’initiative de Microsoft a payé et, grâce à la vente liée, Netscape a été abattu.
Microsoft s’est alors retrouvé, un peu par hasard, numéro 1 des navigateurs ; alors que la société de Redmond ne croyait pas vraiment au Web, ni à l’interopérabilité qui est au cœur d’Internet.
Son navigateur a pendant 10 ans détenu plus de 90% de parts de marché, en ne respectant pas les standards du Web. Et les Web Agencies créaient, au tournant du millénaire, des applications pour Internet Explorer, plutôt que des applications Web.

Internet Explorer aujourd’hui

Internet Explorer est aujourd’hui le navigateur le moins innovant du marché. Ses fonctionnalités et son interface sont complètement dépassées.
Il est remis en question par trois navigateurs :

  • Firefox de Mozilla : le navigateur de Netscape est réapparu en version Open Source. Il propose des fonctions avancées et un écosystème d’extensions très intéressant. Il détient environ 20% de parts de marché (son extension est freinée par la vente liée Windows/Internet Explorer).
  • Safari d’Apple : Il propose des fonctions avancées. Il détient une part de marché quasi nulle sur les ordinateurs, mais une part significative sur les terminaux mobiles grâce à l’iPhone.
  • Chrome de Google : pour l’instant, c’est une démonstration technique (multitâches, optimisation des traitements JavaScript, etc.). Sa part de marché est nulle. Mais son futur système d’extension parait prometteur.

Le point commun de ces 3 navigateurs est qu’ils reposent sur un moteur Open Source (Gecko pour Firefox, Webkit pour Safari et Chrome).

J’ai lu il y a quelques temps des rumeurs à propos d’une refonte d’Internet Explorer sur la base de Webkit, ce qui constitue à mon avis un aveu d’échec sur le produit.
Mon sentiment est que finalement les navigateurs n’ont jamais été et ne seront jamais la spécialité de Microsoft.
Il me semble que le géant de Redmond devrait laisser la place à des produits Open Source de qualité : il n’y a plus vraiment d’enjeu pour un éditeur propriétaire autour des navigateurs. Les extensions spécifiques d’Internet Explorer (comme Active X) sont déchues.
Je pense que Microsoft aujourd’hui devrait se focaliser sur sa technologie RIA Silverlight, qui a une valeur ajoutée, et abandonner Internet Explorer.

Et vous, qu’en pensez vous?

De la pertinence de la vidéo sur le web ?

Posted in perspectives

Je me suis souvent posé des questions sur la pertinence de la vidéo sur le Web. Un billet écrit sur internetActu.net me donne l’occasion de m’exprimer sur le sujet.

Revenons aux origines du Web, c’est à dire au projet de Tim Berners Lee au CERN. A sa conception le Web était un système de partage de connaissances scientifiques reliées entre elles pas des liens hypertextes, à l’image de Wikipedia. Le modèle a certes beaucoup évolué depuis, mais un certain nombre d’invariants sont restés :

  • le contenu textuel permet d’utiliser des liens hypertextes n’importe où dans son corps, ce qui est plus complexe avec une vidéo.
  • le contenu textuel permet une recherche plein texte. Avec les vidéos, il est nécessaire d’utiliser des métadonnées, tant que la reconnaissance de forme ne permettra pas d’en extraire un contenu sémantique (la recherche à ce sujet est balbutiante).
  • le contenu textuel permet une lecture rapide, en diagonale, tandis que la vidéo nécessite 5mn d’attention pour comprendre un contenu. Je suis souvent exaspéré par la multiplication des vidéos de présentation d’offres de start ups : elles me font perdre un temps précieux. Il existe des cas où une vidéo est plus explicite qu’un texte, comme par exemple la présentation d’une nouvelle interface tactile, mais ils ne sont pas si nombreux.
  • le contenu textuel est plus facilement accessible depuis des mobiles

Le Web est pour moi un univers qui incite les personnes à avoir une approche active de l’accès à l’information. Il permet de monter en compétence rapidement sur un sujet. Il procure le plaisir de la langue et de la connaissance…
Avec l’extension de la vidéo, on peut craindre une dérive vers un usage passif, commercial, divertissant, à l’image de celui de la télévision.
J’ai lu que le nombre de recherches dans YouTube était en passe de dépasser les recherches dans Google.

J’aurais tendance à regretter cette tendance : je ne souhaite pas que la télévision dévore le Web.

Et vous, qu’en pensez vous?

Quelques tendances IT pour 2009

Posted in tendances

En ce début 2009, je vous souhaite une excellente année à tous, et je propose de me plier au traditionnel exercice de projection sur les technologies intéressantes pour 2009.

le Cloud Computing

J’ai largement abordé la thématique des SaaS (Software as a Service) et PaaS (Platform as a Service) sur tendances.it depuis deux ans. Le concept de Cloud Computing englobe les SaaS et PaaS. Il se traduit littéralement par « informatique dans les nuages ».
Le Cloud Computing signifie donc que les applications en ligne sont utilisées comme si elles étaient situées dans l’éther, dans un espace sans réalité physique.

Cette thématique est particulièrement prometteuse pour 2009 à plusieurs titres :

  • elle permet une réduction des coûts, qui devrait intéresser les entreprises dans cette « annus horribilis annoncée ». Un rapport récent du Forrester atteste en particulier que la messagerie « dans le Cloud » revient moins cher qu’une messagerie interne pour les entreprises de moins de 15000 employés. Ce rapport dit aussi que la messagerie Google Apps Premium revient moins cher qu’une messagerie interne pour tous les types d’entreprises.
  • elle permet aux DSI de se recentrer sur leur applications métier, en confiant à des tiers leur informatique de commodité
  • elle est en phase avec la tendance de l’entreprise étendue, qui va vers plus de collaboration et d’ouverture des applications vis à vis des clients et partenaires.

J’en profite pour signaler que j’ai terminé mon ouvrage « Cloud Computing et SaaS : une rupture décisive pour l’informatique d’entreprise », qui paraitra chez Dunod début mars.

L’ubimedia

J’ai aussi largement abordé cette thématique sur tendances.it. La fin du PC comme seule et unique interface informatique, et la montée en puissance de l’Internet des objets est une tendance lourde pour 2009 :

  • Microsoft Surface, l’iPhone et Android ont ouvert la voie vers de nouvelles interfaces très innovantes.
  • Le paiement sans contact va être disponible très bientôt.
  • les tags 2D, lisibles via les appareils photos intégrés dans les téléphones se sont normalisés autour du format Flashcode : ils permettent d’accéder à un site Web depuis un objet et de dématérialiser la billetterie
  • Violet, la société qui édite le lapin Wifi Nabaztag, a sorti de nouveaux produits très intéressants (j’y reviendrais dans un prochain billet)

Et je ne serai pas étonné que le Navigo de la RATP se transforme en une carte multi-usages (paiement, accès à divers services publics, etc.) comme l’exemple d’Octopus à Hong Kong.

Comme le dit Isabelle Gauthier de SQLI Agency : « Notre environnement numérique évolue vite, très vite. Il évolue dans l’espace, il évolue dans les interfaces, il évolue dans les esprits. La révolution ubimedia est bien là : le multimédia est partout, omniprésent, multiforme, convergent, mobile, tout terrain. « 

La géolocalisation

Nous avons tous découvert avec bonheur depuis quelques années Google Earth, Google Maps, Yahoo Maps, Microsoft Live Maps, Mappy, etc. et ces services nous sont devenus indispensables. En 2008, ils sont arrivés dans notre poche grâce à l’iPhone et Android, premiers terminaux informatiques équipés du GPS en standard.
Les possibilités d’applications basées sur la géolocalisation sont très prometteuses : informations locales, photos positionnées dans l’espace et le temps, covoiturage, etc. Elles devraient se multiplier en 2009 (quelques unes sont déjà proposées sur l’AppStore de l’iPhone).
Une petite révolution devrait faciliter cette montée en puissance : la localisation au sein du navigateur. J’y reviendrai dans un prochain billet.

Le Green IT

La préoccupation environnementale est sur toutes les lèvres, en particulier celle du nouveau président américain. Même si toutes les bonnes intentions ne sont pas toujours suivies par des actions, une informatique plus écologique me parait prometteuse.
En effet, la consommation d’électricité des centres de données représente 1,5% de la consommation américaine. Elle a été multipliée par 10 en 10 ans. Et la facture énergétique de l’IT commence à préoccuper les entreprises, soucieuses de réduire leurs coûts en 2009. L’IT a une énorme marge de progression, tant sur la consommation électrique que sur la robustesse et la possibilité de recyclage du matériel.
De nombreuses innovations vont apparaitre en 2009 dans ce domaine :

  • matériels/logiciels moins gourmands en énergie
  • outils de mesure de la consommation énergétique de l’entreprise
  • montée en puissance de la visioconférence et téléprésence (voir ce billet)

Et vous, qu’en pensez vous ?