Vista SP1 : un non évènement

Je teste depuis à peu près un an le nouveau système de Microsoft, Vista, et je suis obligé de constater qu’il est difficile d’être positif sur ce produit. Les conclusions que j’avais donné dans ce billet (Allons-nous passer à Vista ?) restent assez justes : nous allons passer à Vista pour de mauvaises raisons.

On avait annoncé le Service Pack 1 de Vista comme la solution à tous les bugs et problèmes de performance, et comme le signal de l’adoption massive par les entreprises.
Après quelques semaines de test de ce SP1, je constate que certains bugs (comme la gestion du Wifi) ont été corrigés, mais que d’autres perdurent (liaisons entre objets avec PowerPoint 2003, synchronisation avec Windows Mobile, etc.). De plus, le système est toujours aussi lent au démarrage.

Il semble que Vista est la somme de tout l’historique de Windows depuis le début des années 90, et que la compatibilité ascendante depuis presque 20 ans en fasse une usine à gaz.
La direction d’Apple a pris une décision risquée à la fin des années 90, celle d’introduire une rupture dans son système en créant MacOS X. Je pense que Microsoft devrait prendre la même route avec Windows 7 et rebâtir un système sur la base d’un noyau simple et de composants optionnels. La compatibilité ascendante pourrait être assurée par la virtualisation, domaine dans lequel Microsoft progresse à grande vitesse.
Je suggère donc à Microsoft d’abandonner Vista et de rebâtir son système phare autour d’une souche moderne, comme Windows Mobile.

Et il me semble que les entreprises devraient sauter Vista, comme elles le font avec certaines versions d’Office, en attendant le prochain Windows.

Qu’en pensez vous?

ajout du 14 avril : le cabinet d’analyse Gartner a annoncé « l’effondrement de Windows » en fin de semaine dernière, ce qui va dans le sens de ce billet.

Guillaume Plouin

Directeur informatique chez Deveko. Auteur chez Dunod. Conférencier autour du Cloud et des Géants du Web.

Laisser un commentaire