Skip to content

Mois : mars 2008

Que penser de Silverlight ?

Posted in tendances

J’ai déjà évoqué dans ce billet (Projection sur le futur des IHM) la solution d’interface de Microsoft, présentée comme une alternative à Adobe Flash : Silverlight.

Je me propose de faire un petit point sur cette technologie à la suite du MIX08, la grand messe de Microsoft sur les interfaces, qui s’est déroulée à Las Vegas.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Microsoft met le paquet sur sa technologie Flash-Killer :

  • une V2 sort moins d’un an après la V1
  • le lecteur est annoncé sous Windows, Mac0S, Linux (portage effectué par Mono, filiale de Novell), mais aussi sur les systèmes mobiles : Windows Mobile et Symbian. Des rumeurs courent même sur une déclinaison pour l’iPhone. Il semblerait donc que Silverlight prennent une longueur d’avance sur le segment de la mobilité, où Flash Lite peine à convaincre depuis quelques années.
  • une intégration avec tout l’écosystème .NET qui séduit les DSI rebutés depuis des années par l’orientation graphisme de Flash
  • une prise en charge de la vidéo HD qui, de mon point de vue d’architecte d’entreprise, est anecdotique

Parmi les freins à Silverlight, on peut citer :

  • le taux de pénétration quasi-nul du lecteur. Mais sur ce point, Microsoft dispose d’une arme secrète : Windows Update. Son service de mise à jour lui donne la capacité de déployer rapidement Silverlight sur plus de 95% des ordinateurs de la planète.
  • l’avance d’Adobe sur la Webconférence, au travers d’Adobe Connect. Cette avance ne devrait, à mon avis, pas durer.
  • la montée en puissance de la plateforme Flash dans le monde du développement, en particulier grâce à Flex, une technologie remarquable basée sur l’environnement Eclipse.
  • l’appétence des concepteurs d’interfaces pour les produits Adobe. Ce point est, à mon avis, le plus gros frein, le plus gros challenge pour Microsoft. En effet, les graphistes n’aiment pas le géant de Redmond.

Compte tenu de la puissance de frappe de Microsoft, la bataille des RIA pourrait bien se terminer par le scénario suivant : Flash parvient à maintenir sa place dans le monde des interfaces multimédia grâce au support des populations de designers, mais perd la bataille des interfaces métiers.

Avant de conclure, il me parait intéressant d’évoquer la convergence entre les interfaces RIA (Rich Internet Application) et RDA (Rich Desktop Application).
En effet, Adobe et Microsoft ont entrepris des travaux intéressant dans cette direction : Silverght et WPF (Windows Presentation Foundation) sont très proche techniquement, de même que Flash et AIR.

Je pense que le développement d’interface s’oriente vers l’approche suivante : développer une interface de manière agnostique, et décider au dernier moment si elle sera utilisée en RIA, en RDA ou les 2.
Dans ce domaine, il me semble qu’Adobe a une bonne longueur d’avance…

Qu’en pensez vous?

2 approches pour aborder l’ubimedia

Posted in tendances

On peut envisager l’accès à aux technologies ubimedia de deux manières différentes :

  • « l’ubimedia Télécommande Universelle » : dans ce cas, l’utilisateur porte sur lui un objet (souvent un téléphone portable ou un badge multi-usage), qu’il peut activer ou éteindre à sa guise, et qui lui permet d’interagir avec le monde ubiquiste. Notre utilisateur peut donc contrôler l’usage qu’on fait de ses données personnelles. la géolocalisation par GPS est un exemple de cette approche.
  • « ‘l’ubimedia Big Brother » : dans ce cas, c’est l’environnement qui suit l’utilisateur au travers d’une multitude de capteurs dispersés sur son passage. Ce dernier peut ne pas en avoir conscience. Cependant les organisations qui militent pour le respect de la vie privée, comme la CNIL, recommandent de signaler par un paneau explicite la présence de technologies ubiquistes. La géolocalisation par triangulation GSM est un exemple de cette approche.

Le Japon, la Corée du Sud, Hong Kong, qui ont un usage avancé du téléphone portable, pratiquent dors et déjà l’ubimedia « Télécommande Universelle ».
Peut être verrons nous apparaitre un usage « Big Brother » en Europe. Les technologies RFID déployées dans des grandes surfaces, comme celles du groupe Metro, vont dans ce sens.

Qu’en pensez-vous?

Intervention sur le salon Documation

Posted in conférences

Je ferai demain après midi une présentation dans le cadre du salon Documation sur la thématique de la gestion d’identité.

J’aborderai à cette occasion :

  • Un panorama des fonctions de gestion d’identité et des outils associés
  • Les problématiques classiques et bonnes pratiques de la gestion d’identité
  • Les perspectives offertes par le concept de fédération d’identité

Pour en savoir, plus, le programme est disponible en ligne à cette adresse.

Chronique sur les architectures Web 2.0 sur atelier.fr

Posted in publications

J’ai publié aujourd’hui une chronique sur le site de l’Atelier BNP Paribas.

Elle explique que les architectures SOA et les architectures Web 2.0 ne sont pas concurrentes mais complémentaires (ce point de vue est développé dans notre ouvrage« SOA, le guide de l’architecte du SI », voir ce billet).

Elle montre aussi comment les « ayatollahs » du Web 2.0 sont en train de réinventer la poudre en proposant de nouvelles normes qui répondent aux mêmes besoins que celles introduites par les Web Services.

La chronique : Le Web 2.0 réinventerait-t-il la poudre?.

Vos commentaires sont les bienvenus.

Sortie de SOA, le guide l’architecte du SI (seconde édition)

Posted in publications

Notre ouvrage sur SOA, publié en septembre 2006, a rencontré un grand succès et est désormais épuisé. Nous publions donc une seconde édition en partenariat avec Dunod.

Cette nouvelle édition intègre naturellement des mises à jour, en particulier sur les offres des éditeurs autour de SOA.

Elle propose aussi une nouvelle partie, intitulée « SOA et Web 2.0 » qui présente noter vision sur les architectures Web 2.0.
Elle montre comment les approche SOA et Web 2.0 ne s’opposent pas, mais sont au contraire complémentaires. Elle explique en détail les concepts et principes d’architecture qui sous-tendent le Web 2.0 : Mashups, Ajax et REST. Enfin, elle analyse cette approche Web 2.0 dans la perspective de construire une SOA d’entreprise, en mettant en avant ses avantages et ses inconvénients – en évitant engouement aveugle comme dénigrement systématique.

L’objectif de l’ouvrage est toujours de guider le lecteur dans la mise en œuvre de SOA, en décrivant une méthodologie et en présentant les outils indispensables à sa concrétisation.

Son nouveau sommaire est :

  1. Le cahier des charges des SI agiles
  2. Présentation de l’approche SOA
  3. SOA : Tout repose sur la méthode
  4. La boite à outils Web Services
  5. SOA : une mise en œuvre concrète
  6. SOA & Web 2.0
  7. Décrypter l’offre du marché

Le livre est disponible en ligne sur le site de Dunod, d’Amazon.fr, et dans toutes les bonnes librairies.

Bonne lecture …