Skip to content

Mois : novembre 2007

L’essor de la mobilité aura lieu !

Posted in tendances

La mobilité est un vieux serpent de mer de l’IT : le sujet a toujours passionné les technophiles, mais les applications concrètes restent rares. La mobilité se traduit aujourd’hui plutôt par des ordinateurs portables connectés en Wifi, que par de vrais usages nomades basés sur des terminaux compacts et connectés aux réseaux 2G/3G.

On trouve des applications mobiles dans la gestion de force de vente, la gestion logistique, etc. mais l’explosion des usages annoncée depuis bien des années n’a toujours pas eu lieu.
Deux raisons expliquent cet échec du concept mobile : tout d’abord, rares sont les utilisateurs qui disposent du coûteux abonnement permettant de naviguer sur Internet et d’accéder à ses emails. De plus, peu de sites Web sont adaptés aux écrans de taille réduite. La mobilité s’est donc résumée jusqu’à aujourd’hui au couple téléphonie/SMS.

De nouvelles offres de Smartphones

En cette fin 2007, les choses commencent à changer grâce à un mouvement initié par l’iPhone d’Apple. Cet appareil est le premier à s’orienter vers l’usage de services en ligne : il propose, dès son écran d’accueil, un lien vers Google Maps et la météo. Il dispose, de plus, d’un navigateur capable d’afficher les sites Web classiques, puis de zoomer sur des portions de texte. Ces usages étaient jusqu’à présent possibles avec des terminaux haut de gamme (Nokia, HTC) mais restaient anecdotiques : l’iPhone est le premier appareil à les mettre en avant.

Le mouvement lancé par Apple est suivi par de nombreux constructeurs qui proposent des variantes de l’iPhone (HTC Touch, Nokia Nseries, etc.)

A noter aussi la plateforme Android de Google qui devrait contribuer à démocratiser les services en ligne sur mobile.

Je rends hommage aux capacités d’innovation d’Apple : en 84, ce constructeur a inventé l’interface qui a permis l’essor du PC : le bureau Mac/Windows. En 2007, Il fait de même pour la mobilité…

De nouvelles offres opérateurs

Par ailleurs, Apple a soigné la sortie de son produit en travaillant avec les opérateurs afin qu’ils proposent un accès illimité à Internet et l’email pour un prix forfaitaire : une nouveauté dans le monde des opérateurs mobiles.
Tous les opérateurs français suivent ce mouvement et sortent leur forfait illimité (Illimythics chez SFR, option Blackberry chez Bouygues, iPhone chez Orange). Notons que ces forfaits sont en réalité limités à 50 ou 500 Mo/mois et qu’ils interdisent la VoIP, l’usage du téléphone comme modem pour PC, et le Peer2Peer. Mais, ils n’en constituent pas moins une réelle avancée.

Une véritable révolution serait la mise sur le marché de forfait mobile intégrant un accès illimité voix/Internet/télévision, comme dans le cadre de l’ADSL. Peut être cette révolution aura t’elle lieu si Free remporte la 4eme licence 3G?

Reste aux services en ligne à se doter tous d’une version mobile…

Qu’en pensez-vous?

Les 3 problématiques d’intégration des SaaS

Posted in tendances

Ce billet fait suite à une discussion avec Arnaud Deslandes de SQLI consulting.

J’ai déjà abordé sur ce site les problématiques d’intégration des applications en ligne (SaaS) avec les applications « classiques » situées dans l’Intranet de l’entreprise (cf. ce billet).

Ces problématiques sont les suivantes :

Intégration de données

Il s’agit de l’intégration de flux d’informations entre les applications situées derrière le Firewall et les applications « hors les murs » (les SaaS).
Cette intégration peut se faire sur la base de l’ESB (Enterprise Service Bus) de l’entreprise dès lors que celui ci est ouvert sur Internet et connait les protocoles standards (HTTP/SOAP).

Elle peut utiliser une solution d’intégration fournie par une plateforme en ligne : on parle alors d’ISB (Internet Service Bus).
Biztalk Services est un exemple d’ISB.

Service d’identité

Il est très souhaitable que les SaaS délèguent leur authentification au serveur d’identité de l’entreprise (cf.

Le SOA Forum en vidéo

Posted in conférences

J’ai découvert par hasard que les conférences du SOA Forum sont retransmises en vidéo à la demande sur le site de CIO.

Lors de ce forum, j’avais participé à une table ronde sur SOA, les mashups, et les applications en ligne (SaaS).
si vous souhaitez visionner cette table ronde, cliquer ici.

Louis Naugès avait fait un compte rendu intéressant de cette conférence.

N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires.

De la pertinence d’Internet comme média

Posted in perspectives

Ce billet fait suite à un échange avec le DSI d’un groupe de production musicale. Nous comparions Internet aux médias traditionnels : télévision, radio, presse. Et nous avons évoqué les idées suivantes :

Internet privilégie la qualité sur la quantité

Les médias traditionnels doivent alimenter quotidiennement leur une avec des contenus nouveaux. Par conséquent, ils sont amenés à réaborder tous les jours les mêmes sujets. Par exemple, dans les périodes électorales, ces médias ressassent sans cesse les mêmes nouvelles sans vraiment apporter de nouvelle information au lecteur.
Dans le cas de la presse papier, cette répétition a un coût élevé, puisqu’il faut imprimer et distribuer ces contenus sans valeur ajoutée.
Dans le cas des radio/télévision, les créateurs de contenus s’épuisent à remplir leur grille de programme pour diffuser 24h/24 et 365 jours par an. Cette nécessité de continuité a un impact sur la qualité des programmes : la quantité prévaut sur la qualité.
A contrario, Internet permet de mettre à disposition des contenus uniquement lorsqu’ils sont pertinents : ainsi, les journaux en ligne ne publient des nouvelles informations que lorsqu’une véritable nouveauté nécessite un traitement. Cela soulage les producteurs, et aussi les lecteurs.

Internet offre des vraies statistiques aux annonceurs

Internet offre aux annonceurs des chiffres exacts sur le nombre de fois qu’une publicité a été vue. A contrario, la télévision vend des espaces publicitaires très onéreux sur la base d’un tout petit panel statistique (3 150 foyers en France, cf. cette page).

Internet est donc beaucoup plus pertinent pour les annonceurs, qui se tournent peu à peu vers lui (pour le plus grand bonheur de Google).
De plus, Internet offre une fonction absente des médias traditionnels : la mesure des clics, donc des personnes réellement intéressé par la publicité.

Internet a déjà en partie supplanté la distribution classique pour l’accès à la musique et la vidéo. Selon moi, il devrait aussi absorber un jour les médias radio/télévision/presse.

Qu’en pensez-vous ?