Skip to content

Mois : août 2007

Application en ligne & architectures "multi-tenant"

Posted in tendances

Comme je disais sur le site de l’atelier, les applications en ligne sont pour moi un tendance de fond, une révolution essentielle des Systèmes d’Information. Je vais donc me lancer dans une série de billets sur le sujet.

Pour les qualifier, j’utiliserai dans ces billets l’acronyme SaaS (Software a a Service) qui est en train de se généraliser.
Les SaaS, donc, s’adressent à des populations d’utilisateurs très importantes, correspondant à plusieurs entreprises utilisatrices. Par exemple, la solution de CRM de SalesForce est utilisée par des dizaines d’entreprises.
Les SaaS font ainsi face à un double objectif qui peut paraitre contradictoire :

  • Offrir un très haut niveau de disponibilité à leurs nombreux utilisateurs
  • Permettre aux entreprises utilisatrice de customiser leur application en fonction de leur métier. Cette possibilité de customisation oblige à complexifier les SaaS, ce qui peut être un frein à leurs hautes performances.

Pour résoudre ce délicat problème, elles reposent sur des architectures d’un nouveau genre, appelées « Multi-Tenant« . Ce terme anglais désigne une architecture destinée à plusieurs locataires, en l’occurrence plusieurs entreprises utilisatrices.

Les architectures « Multi-Tenant » soulèvent des questions complexes et nouvelles sur la construction d’une plateforme technique à plusieurs étages : cluster de machines, grid computing, virtualisation système, mutualisation de bases de données, mutualisation de composants applicatifs, etc.

Les grands acteurs possédant une telle plateforme aujourd’hui sont :

  • Salesforce, qui permet d’accéder à des nombreuses applications PGI depuis de AppExchange
  • Google, qui permet d’accéder à des applications collaboratives depuis Google Apps et des applications de partage documentaires depuis JotSpot (ces deux plateformes doivent être fusionnées prochainement)
  • Oracle, son offre Oracle On Demand donne accès aux applications métiers de l’éditeur
  • Netsuite, un société crée par Larry Ellison, qui propose des applications PGI
  • Amazon, qui offre différentes formes de services sur Amazon Web Services
  • FaceBook, qui permet d’accéder à de nombreuses petites applications sociales depuis sa plateforme
  • Microsoft, qui propose des services basiques de gestion de site Web et de messagerie avec Office Live, et devrait bientôt proposer Dynamics, son offre PGI en SaaS.

Les acteurs qui proposent des plateformes muti-tenant sont pour moi les hébergeurs de demain. Il ne se contentent plus de fournir des baies de serveurs et de la bande passante : ils proposent une plateforme à vraie valeur ajoutée permettant de développer et déployer des applications à haute disponibilité.
Les hébergeurs d’ancienne génération vont certainement devoir se mettre à la page….

Qu’en pensez vous?

Publication "Les applications en ligne vont bouleverser les systèmes d’information"

Posted in publications

J’ai écrit une tribune sur le site de l’Atelier BNP Paribas (édition d’aujourd’hui) sur les services en ligne (SaaS).
J’y aborde les problématiques d’intégration d’une application en ligne avec le reste du Système d’Information. J’évoque aussi les spécificités des architecture « multi-tenant » qui sous-tendent les applications SaaS.

La tribune est en ligne à cette adresse.

Reparlons des WebOS

Posted in tendances

J’ai déjà évoqué dans ce billet mon scepticisme vis à vis des WebOS comme eyeOS, g.ho.st, Jooce, etc.

Je vais préciser un peu plus ma pensée.

J’apprécie beaucoup l’idée d’avoir un environnement personnel entièrement en ligne, et donc sans adhérence avec un PC en particulier. Les bénéfices d’un tel environnement sont évidents : accès à ses documents depuis son lieu de travail, son domicile, un pays lointain où l’on passe ses vacances, etc. De plus, je pense que les centres de données d’acteurs comme Google ou Amazon sont mieux sécurisés que mon PC portable.

En tant qu’architecte IT, j’apprécie aussi l’idée de disposer d’une plateforme en ligne sur laquelle il est possible de déployer des applications en fonction de ses besoins. Ainsi on peut imaginer que l’environnement personnel en ligne devrait permettre de déployer si nécessaire une application de bureautique, un client de messagerie, un service de lecture de flux RSS, etc.
C’est d’ailleurs un mode de fonctionnement qui commence à se répandre dans le domaine des SaaS (Software as a Service) : j’en reparlerai prochainement.

  • Sur Salesforce, on peut développer ses applications en ApexCode et les mettre à la disposition de la communauté. On peut aussi déployer des applications développées par des tiers depuis AppEx
  • sur Google Jotspot, on peut déployer sur son Wiki des « packages applicatifs » (suivi de projet, outil de mailing, calendrier partagé, etc.)
  • sur Facebook, on peut déployer des applications à usage social (partage de photos, de vidéo, etc.)

Ainsi, le principe du bureau personnalisable dans un navigateur me parait très intéressant.

Ce que je trouve moins intéressant est l’idée de donner à ce bureau Web la même apparence que le Bureau Windows :
Il me semble que faire du multifenêtrage dans une page Web n’a pas d’intérêt. La latence est importante et l’ergonomie peu satisfaisante.
De plus, l’approche du bureau Windows, qui consiste à reproduire le réel (mon bureau physique avec mes dossiers et ma corbeille) pour faciliter l’adoption par les néophytes, n’a plus de sens aujourd’hui.
Les interfaces de type portail (netvibes, iGoogle) sont beaucoup plus efficaces que les interfaces multifenêtrées. Et l’explorateur de document de Google Docs, basé sur des mots-clés, est plus efficace que l’explorateur Windows. D’ailleurs WinFS, le nouvel explorateur de fichier de Microsoft adoptera le même principe.

Pour moi, les WebOS actuels sont des démonstrations techniques qui ne répondent à aucun besoin : leur absurdité la plus emblématique est de proposer un navigateur Web dans le navigateur Web !

Qu’en pensez-vous?