Open Source et plateforme d’entreprise

La semaine dernière un certain nombre d’acteurs majeurs de l’Open Source se sont regroupés pour former l’OSA, Open Source Alliance. L’objectif de ce nouvel organisme est de fédérer les efforts des communautés afin de créer une offre globale et cohérente d’infrastructure logicielle pour l’entreprise.

C’est l’occasion de revenir sur la notion d’APS, Application Platform Suite. Cet acronyme désigne une offre logicielle capable de répondre à la plupart des besoins d’un système d’information en terme d’infrastructure logicielle.
Une APS couvre ainsi :

  • Des outils pour héberger les applications qu’elles soient développées en spécifique ou issues d’intégration de progiciels : système d’exploitation, serveur d’application, base de données relationnelle.
  • Des outils pour gérer les échanges inter-applicatifs ou « middlewares » : MOM (Middlewares orientés Messages), EAI (Enterprise Application Integration), ESB (Enterprise Service Bus), etc.
  • Des outils pour gérer la sécurité d’accès aux applications de manière centralisée, ou outils de « gestion d’identité » : annuaire LDAP, PKI (infrastructure à clef publique), SSO (Single Sign On), token d’authentification forte, système de provisioning de comptes.
  • Des outils pour gérer les interfaces utilisateurs : portails et Clients Riches.

Aujourd’hui, quelques grands éditeurs couvrent l’ensemble de ces besoins : ce sont IBM, Microsoft, Oracle, et Sun (dans une moindre mesure). D’autres les couvrent partiellement, comme BEA, Novell ou Sybase.
Les grandes communautés Open Source, que sont Apache et OW2, tentent d’offrir un ensemble de briques logicielles aussi complet. Mais elles souffrent d’un retard et d’une dispersion des projets (par exemple, Linux ou OpenLDAP sont gérés par des communautés autonomes non rattachées à Apache ou OW2). Cette dispersion est un frein à la cohésion des offres et limite les capacités de ces communautés Open Source à fournir une APS intégrée.

Le tableau suivant montre ce manque de cohérence : Apache et ObjectWeb disposent en effet d’offres incomplètes, de maturité inégale, parfois redondantes, et souvent un peu illisibles.

Le cabinet d’analyse Gartner considère que les communautés Open Source n’ont pas la capacité d’offrir une APS cohérente.
Espérons que l’avenir lui donnera tort.
Qu’en pensez-vous ?

Guillaume Plouin

Directeur informatique chez Deveko. Auteur chez Dunod. Conférencier autour du Cloud et des Géants du Web.

Laisser un commentaire